Thème
Présentation
Encadrement
Lieu
Journée type
Album
Inscriptions
St. Antoine
Contacter
Liens

Logo 2015-h

Vendéens d'honneur,

Vendéens de cœur

Enfant de France ! La voix de tes aïeux s’élève pour t’appeler. Elle s’élève du fond des marais et des mines comblées ; elle s’élève des fosses communes depuis longtemps couvertes de la bruyère sèche et grise. Un cortège innombrable se dresse dans les joncs de la Loire, dans les landes des Deux-Sèvres, et dans les forêts de la Vendée ; des colonnes interminables sortent de la brume et processionnent devant tes yeux ; des centaines de milliers de paysans et de soldats, de prêtres et de mères, d’enfants et de vieillards défilent dans une nuit sans astres. Jadis, leurs noms étaient voués à l’oubli ; aucune fleur ne marque leur tombeau, ni aucune croix ; et leurs faces te sont inconnues. Mais tu entends, encore aujourd’hui, leur calme chant, un écho lointain qui retentit à travers les siècles :

Vexilla regis prodeunt, fulget Crucis mysterium ...

et puis : Les Bleus sont là, le canon gronde,
Dites les gars avez-vous peur ?
Nous n'avons qu'une peur au monde,
C'est d'offenser Notre Seigneur.
Vos corps seront jetés à l'onde ...

C’est le peuple d’un pays qui n’est plus, ce sont les morts de la Vendée de 1789 à 1801, ce sont donc tes aînés qui te mandent pour rendre témoignage de leur destin que le monde devait oublier, et pour prêter une voix à leurs cris qui réclament justice.
Ils évoquent devant toi les colonnes infernales qui brûlèrent le pays, ces soldats d’un nouveau siècle qui hier encore étaient des Français comme eux, qui les quittèrent, et qui revinrent en 1794 pour tuer.
Ils évoquent le martyre des prêtres, des religieux et de tous ceux qui périrent en restant fidèle à la foi de leurs pères.
Mais ils évoquent surtout la gloire de ceux qui résistèrent, et qui se battirent en portant le Sacré-Cœur de Jésus brodé sur leurs chemises et gravé dans leurs cœurs. Ce sont eux qui redonnèrent de l’espérance aux persécutés, qui ramenèrent le culte divin aux églises dévastées, et qui remirent l’araire aux champs piétinés par les armées de l’enfer. Malgré tout, il ne leur était pas permis de  tourner en arrière la roue de l’histoire. Leur roi ne revint point, ni la paix qui régnait jadis, fruit d’un ordre juste, ni la bénédiction non plus qui autrefois reposait sur le pays, et qui était gage et guide de la race de Clovis et de Saint Louis, depuis cette nuit de Noël à Reims, il y avait 13 siècles. Défenseurs de la Vendée, ils survécurent à peine cinq hivers à la fin du monde ancien, ils s’en allèrent en arrière-garde, et aujourd’hui ils veillent d’en haut sur ceux qui restent et qui doivent continuer à vivre dans une ère étrange et terne qui n’est pas la leur.

Logo 2015-m

C’est à ces héros, aux défenseurs de la Vendée catholique, que la prochaine édition de notre colonie sera dédiée. Nous évoquerons l’épopée à la fois héroïque et tragique de la France qui se lève contre la dictature de la terreur républicaine, qui se bat pour la foi et les mœurs de ses aïeux, et qui se fait écraser, après une longue suite de victoires singulières et de défaites sanglantes, sous les canonnades impitoyables de la machine militaire. En 2015 nous connaîtrons ces braves Vendéens, qui n’ont pas renié leur religion, et chez qui un de leurs pires ennemis, le général Turreau devait constater en 1793 : « Une manière de combattre qu’on ne connaissait pas encore, un attachement inviolable à leur parti, une confiance sans borne dans leurs chefs, une telle fidélité dans leur promesses qu’elle peut suppléer à la discipline, un courage indomptable et à l’épreuve de toutes sortes de dangers, de fatigue et de privation : voila ce qui fait des Vendéens des ennemis redoutables, et qui doit les placer dans l’histoire au premier rang des peuples guerriers ». Nous connaîtrons le général Charette et sa ‘Grande armée catholique et royale’, mais aussi les humbles religieuses, qui montèrent à l’échafaud en chantant, les fiers chasseurs du marais breton, ainsi que les paysans de la plaine qui partirent pour la guerre avec leurs fléaux et leurs fourches. En 2012 (‘Saint Louis’) et en 2013 (‘Le baptême de la France’) nous avons connu les rois vainqueurs qui ont mené la France jusqu’aux sommets de sa mission civilisatrice. En 2015 nous apprendrons comment on gagne en perdant, comment on fait son salut en disant ‘non’, et qu’il vaut mieux mourir saintement que vivre en trahissant son pays et son Dieu.

Logo 2015-b


images : bande supérieure - Prise de Rochefort-en-Terre / Bataille de Mans
bande moyenne - Exécution de Charette / Mort de La Rochejaquelein
bande inférieure - Incendie de Granville 1793 / Chapelle de La Madeleine à Maléstroit